Le Front un peu trop haut, Sofiane Ghoubali veut la Ville

A Annonay (Ardèche), Sofiane Ghoubali a été investi par le Front national pour incarner la vague bleu marine en mars prochain. Le candidat, débutant en politique, semble bien sûr de lui…

Sofiane Ghoubali, candidat FN à Annonay

Sofiane Ghoubali, candidat FN à Annonay.

Il est ravi. Des sourires éclatants, il en donne à qui veut. « J’ai toujours aimé la politique », assure le jeune homme de 29 ans. Des preuves existent. Irréfutables. En effet, quand on lui demande un point de vue sur la réforme des rythmes scolaires, qu’il aurait à mettre en place très rapidement s’il devait arriver à la mairie d’Annonay, Sofiane Ghoubali répond : « Marine Le Pen est contre, vous le savez. Je suis donc contre. » L’Annonéen tient à ses convictions, c’est sûr. Une de ses profs de collège, aux Perrières, se souvient d’un « élève ouvert sur les autres, bienveillant, un clown parfois« . Mais il n’a jamais présenté sa candidature aux élections de délégués de classe. À croire que la vie collective d’une cité est plus reluisante que celle d’une classe.

Mic-mac à l’hôpital
A l’hôpital d’Annonay, où Sofiane Ghoubali a travaillé, on ne se souvient pas plus l’avoir vu s’investir au-delà de ses horaires de travail. Il faut dire qu’il y a été employé moins d’un an, et pas en tant qu’infirmier ou aide soignant, comme certains médias l’ont indiqué. Sofiane Ghoubali était agent des services hospitaliers. Sa mission, aussi noble soit elle, consistait à effectuer des tâches d’entretien, et parfois d’être au contact de patients en gériatrie. Mais, surprise, lors de sa médiatisation subite, en octobre, on présente encore le candidat frontiste comme aide-soignant. La semaine dernière, un mem­bre de son entourage confirmait qu’il travaillait encore à l’hôpital. En réalité, Sofiane Ghoubali admet avoir « mis fin à [son] contrat à l’hôpital fin septembre, car ça prenait trop de temps sur l’emploi du temps d’une campagne« . Désormais, l’homme assure qu’il occupe un poste de commercial à Lyon. Moins chronophage ? Pas sûr…

Couac de calendriers
Surtout quand on maîtrise mal son calendrier. Après deux appels passés pour confirmer un rendez-vous physique, l’entretien a failli sauter. « C’est moi qui tiens son agenda, il a une réunion à l’heure prévue, toute la journée en fait. Il ne pourra pas venir au rendez-vous« , assène Véronique Gathercole, candidate aux législatives de 2012 et directrice de campagne de Sofiane Ghoubali. Ce dernier avait pourtant choisi l’heure et le lieu de la rencontre. Finalement, il accepte un entretien téléphonique. Entretien au cours duquel une disponibilité surgit sur son emploi du temps en fin de journée. Tant mieux si les préparatifs de campagne lui laissent finalement quelques minutes de liberté.

Au front, fissa !
Le FN annonéen a du pain sur la planche, c’est vrai. La liste « est en cours de finalisation« , assure le candidat Ghoubali, ravi d’avoir vu « plein de monde, d’Annonay et de toute la France, venu me soutenir« . Hier soir, mercredi 4 novembre, le cadre frontiste Bruno Gollnisch devait par exemple venir au Golf de Saint-Clair pour lui faire part de son appui. Une partie du programme de Sofiane Ghoubali devait également être annoncée.
« Depuis 1984 ou 1985, il n’y a pas eu de candidat FN à Annonay, regrette-t-il. Vous trouvez ça normal que la plus grande ville d’Ardèche ne soit pas représentée par l’un des partis les plus importants de France ? » La question mérite d’être posée. Il fallait sans doute trouver le candidat adéquat. Sofiane Ghoubali est jeune et souriant. Il élude la question quand on lui parle de « dédiabolisation du FN ». « C’est vous qui avez diabolisé le FN. C’est l’UMPS qui a des conceptions racialistes. Dans le parti, personne ne m’a demandé ma religion ni mes origines ! » Ces informations n’ont en effet aucun fondement politique. Ce qu’on peut seulement pointer du doigt, c’est la réactivité des cadres du parti. Des ca­dres qui envoient un adhérent au front municipal, alors qu’il est encarté depuis à peine un an dans le parti lepéniste.
David François était pourtant pressenti, jusqu’à la fin de l’été, pour représenter le FN aux municipales. Dans une tribune rédigée sur le site de son nouveau groupe politique, Annonay pour tous, il estimait le 7 septembre, que les instances départementales avaient choisi un « autre pion » après sa démission du parti. Il rappelle également qu’il avait reçu la validation de son investiture par la commission nationale du FN dès juin. De son côté, Sofiane Ghoubali assure ne jamais avoir entendu parler de l’ancien fer de lance local du FN. A Annonay, le parti de Jean-Marie Le Pen ouvre son cœur mais pas sa mémoire.

Pierre Serizay

A lire aussi :
Bruno Gollnisch vient soutenir Sofiane Ghoubali
Harki ou pas Harki ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s