Ostwind : l’entreprise qui voulait maîtriser le vent

L’entreprise strasbourgeoise construira les éoliennes du site du Rouvey. Elle estime que, si tout suit son cours, les éoliennes pourraient entrer en fonctionnement début 2016.

Elles ne seront plus que cinq, confirme-t-on au bureau lyonnais d’Ostwind. Pourtant, l’entreprise en avait obtenu six. Six éoliennes que l’Aderha veut empêcher de sortir du sol du Rouvey. La dernière éolienne aurait finalement été annulée pour des raisons d’inconstructibilité, due au relief montagneux, et à des problèmes fonciers, sur des terrains nécessaires pour faire passer les câbles notamment. Mais le représentant de l’entreprise assure que le retrait d’une éolienne n’entame pas la rentabilité et permet de limiter l’impact paysager. La puissance globale du parc reste quasi inchangée en passant à cinq éoliennes du fait de la progression de la technologie, les cinq éoliennes ont en effet une puissance unitaire supérieure au modèle prévu avec six éoliennes. Il admet que les opposants au projet ont encore deux mois pour intenter une nouvelle action en justice. Mais si tout se poursuivait comme prévu, l’entreprise pourrait rapidement demander l’autorisation de raccordement par EDF ou RTE.

Dans le meilleur des cas, la construction pourrait commencer d’ici un an, en janvier 2015. Début 2016, l’électricité produite pourrait être vendue à EDF, avec un tarif fixe pour les 15 premières années, à 82 euros par mégawatt, sachant qu’une éolienne produit en moyenne 5 000 mégawatts par an. Cette énergie, vendue à EDF, sera ensuite redistribuée dans un secteur beaucoup plus large que la seule communauté de communes. Chez Ostwind, on précise que l’entreprise a créé une entité (une SEPE), comme pour tout chantier, chargée de gérer les capitaux pour assurer le fonctionnement du site. Une Société d’exploitation mixte (SEM), portée notamment par la collectivité, pourrait également, racheter une partie de la SEPE. Mais cela n’est pas à l’ordre du jour, selon Ostwind.

P.S.

A lire aussi :
Eolien : Un Vent de colère souffle sur le projet du Rouvey
Frédérique Monod-Dutronc, maire de Saint-Symphorien : « La nature ne doit être ni un musée, ni un stade. »
A Saint-Agrève, les habitants sont partisans de l’éolien.

Publicités

3 réflexions sur “Ostwind : l’entreprise qui voulait maîtriser le vent

  1. Pingback: À Saint-Agrève, les habitants sont partisans de l’éolien | Pierre Serizay

  2. Pingback: Frédérique Monod-Dutronc, maire de Saint-Symphorien : "La nature ne doit être ni un musée, ni un stade." | Pierre Serizay

  3. Pingback: Eolien : Un Vent de colère souffle sur le projet du Rouvey | Pierre Serizay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s