Le Festival du premier film, comme un miroir sur le monde

Sur les trois cents longs-métrages visionnés cet automne, les organisateurs du Festival international du premier film d’Annonay n’en ont sélectionné que huit en compétition. Pour Gaël Labanti, directeur artistique de l’événement, ces fictions reflètent l’état du monde. Du monde entier.

Une image tirée de Rekorder, de Mikhail Red, Philippines

Une image tirée de Rekorder, de Mikhail Red, Philippines

Les réalisateurs viennent en effet de tous les continents, du Québec (largement représenté avec deux films sélectionnés) au Kazakhstan, en passant par des créations allemande, israélienne, philippine, turque. Un film français est également en lice. Mais toutes ces œuvres ont un point commun selon Gaël Labanti : « Ils sont réalisés par des jeunes gens culottés, qui se disent : ‘Peut-être que ce premier film sera mon dernier, alors j’ose !’ Ces films ne sont pas formatés. » L’organisateur de cette 31e édition remarque que, sortant des codes, certains se livrent même à du cinéma de genre, qui va du polar au fantastique. Un cinéma audacieux malgré les maladresses, aux accents souvent sombres. « Un reflet de notre monde« , estime Gaël Labanti. Le réalisateur israélien Amir Manor présentera Epilogue, un film qui pointe les dysfonctionnements de la société d’Israël, en dehors des discours officiels.

Chaque année, les organisateurs découvrent de nouvelles vagues de création venues de pays différents. L’an dernier, les pays d’Asie ou d’Inde étaient particulièrement prolifiques. Plus tôt, le cinéma a accompagné les révolutions arabes. Cette année, « une vraie effervescence vient du Canada« .

Ces contrées immenses, anglophones ou francophones, culturellement riches, livrent Whitewash (du Canadien Emanuel Hoss-Desmarais) et Diego Star (du Québécois Frédérick Pelletier). L’un est un polar dans la lignée des premiers films des frères Cohen, le second une histoire d’amour intimiste. Le monde, raconté en huit films, sera à découvrir début février au théâtre et au cinéma Les Nacelles .

Pierre Serizay

31e édition du Festival du premier film d’Annonay, du 7 au 17 février.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s