L’alarme de l’arme

Le Dieu des Chrétiens aurait dit : « Tu ne tueras point ». Pourtant, un coup de feu a retenti, mercredi, dans les églises de Géorgie (USA) : le gouverneur de l’Etat, Nathan Deal (R), a signé une loi autorisant désormais le port d’arme dans les lieux où sa présence n’était pas souhaitée. Les églises, donc, mais aussi les bars et les écoles.

Le doigt sur son stylo, il a appuyé une nouvelle fois sur la gâchette de la NRA. Nathan Deal a persisté et a finalement passé le barrage des sénateurs géorgiens. L’an dernier, une telle proposition avait été retoquée par l’instance. Cette fois, la Géorgie garde son colt a la ceinture, même pour aller prier ou aller boire un verre. Le gouverneur estime agir ainsi pour que « le deuxième amendement de la Constitution reste au premier plan de nos esprits ». Ledit texte garantit aux citoyens américains le droit de porter une arme parce qu’une « milice bien organisée est nécessaire à un État libre ».
Les détracteurs, qui s’étaient réunis à l’Eglise presbytérienne centrale d’Atlanta, craignent eux que cette nouvelle loi permette à des porteurs d’armes d’invoquer la légitime défense lors de poursuites judiciaires. Cette loi de « l’arme partout » comme l’appellent ses opposants, est « la plus extrême des lois sur les armes », selon l’ancienne congresswoman Gabrielle Gifford (D).

Dans la chapelle du Paine College, une université noire d’Augusta, le pasteur Dr Felder prépare les graduations des élèves. Il les exhorte à s’entraider et à être fiers de leur communauté au sein de cet établissement méthodiste. En privé, il assure qu’aucune église où il prêche n’acceptera cette loi. Les représentants de chaque église peuvent en effet choisir de tolérer, ou non, le port d’armes dans les bâtiments qu’ils ont en charge. Les contrevenants s’exposent désormais à une simple amende de 100 dollars (75 euros environ). « Cette réforme n’a qu’une vision électorale », assène-t-il. Des élections, locales et à l’échelle de l’Etat avaient en effet lieu a partir de mai. Nathan Deal voulait garder les électeurs géorgiens de son côté, selon le Dr Felder. Des Géorgiens « qui, généralement, aiment les armes », estime-t-il.

Précaution armée

L’Etat de Martin Luther King, apôtre de la non-violence, ne craint pas le coup de feu malheureux. Celui qui peut venir après le verre de trop. Par erreur, sans le vouloir, peut être. Celui qui avait tué un homme et blessé une femme, le 23 février 2014, dans un bar d’Atlanta. A l’époque, deux armes avaient été utilisées, alors que leur port était encore prohibé. Lorsque la loi est devenue effective, le 1er juillet, le gérant de cet établissement a peut être décidé de ne pas les autoriser.
Dans les établissements scolaires de Géorgie, désormais, l’arme a aussi sa place. Pour permettre aux enseignants de mater les instincts belliqueux des élèves. En principe. Aux directeurs de décider s’ils acceptent que certains de leurs employés entrent armés dans l’école. L’histoire de cet étudiant du lycée de Riverdale revient en mémoire. En février, il avait été arrêté, en possession d’un 9 mm, sans avoir commis d’exaction. Le principe de précaution prévaut. Plusieurs Etats ont déjà mis en place une telle politique. Entre autres, le Tennessee, le Texas, ou plus proche, l’Alabama, ont mis en place des programmes d’entraînement pour former leurs employés et leur permettre de porter une arme dans les écoles.

Le deuxième amendement devait garantir la sécurité de l’Etat. La loi de Deal garantit l’éducation des nouvelles générations. En Géorgie, les jeunes pourront apprendre que l’arme a sa place partout, à côté du livre du classe ou du missel. God bless America.

Pierre Serizay

À Atlanta (Géorgie), le 23/04/2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s